Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2015

416156

Dans la semaine de la Saint Valentin, Messieurs, il va falloir parfois repenser vos achats festifs, tendance oblige. De votre côté, la cravate est de Rigueur, et pas n’importe laquelle…

Les choses les plus surprenantes s’installent naturellement sans crier gare. La presse féminine annonce depuis longtemps le mouvement BDSM inéluctable pour pimenter la vie de couple.

Le phénomène mondial des 50 nuances de Grey donne au « nouvel ordre femelle » l’occasion de développer sa puissance paradoxale. Et oui, Mesdames, il va falloir vous y faire, l’heure est à la soumission. Michel HOUELLEBECQ ne nous dit pas le contraire sur un autre plan.

Désormais, ce sera un must de recevoir la fessée du vendredi, le bondage du samedi, et le fouet du dimanche…le V-S-D border-line. Sans parler des autres menus plaisirs. DSK serait-il le prophète de la Luxure de son époque ?

Le libertinage classique risque de devenir ringard. Le Marquis de Sade, Simone de BEAUVOIR et les grandes figures du Féminisme triomphant ne vont pas en revenir. Vous souriez, vous riez, mais le mouvement va s’amplifier jusqu’à la grimace. La mode anglo-saxonne n’expliquera pas tout.

content

Désormais si vous contactez « SOS Femmes / Hommes battu(e)s », ne vous trompez pas de numéro :  ce n’est pas une hot-line BDSM…Et avant d’appeler, assurez-vous que la « victime » ne serait pas des fois consentante. Ah, le claquement du fouet le soir, au fond des chaumières…

Après tout, si RIHANNA se fait tabasser – et elle aime çà ! – pourquoi pas nous, les autres Meufs ? Laissez le mimétisme femelle, déjà en coupe réglée par les marques, agir. La recette est connue : on est est toujours jalouse de ce que l’on a pas, de ce que l’autre fait, etc.

Mais quel come-back de l’ordre ancien : on croyait enterré le proverbe arabe, au moins chez nous, « bats ta femme…, si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait. » Un certain féminisme va avoir bonne mine dans son combat pour l’émancipation. Un vrai télescopage idéologique. Les islamistes de tous poils vont bien rigoler. Drôles d’occidentales !

L’infidélité évoluera aussi : une fois le devoir conjugal accompli, il ne sera que temps d’enfiler discrètement sa panoplie de soumise ou de soumis, et d’aller voir ailleurs l’inverse. Le summum étant, vous l’avez compris, de changer de polarité, androgynat oblige.

cinquante-nuances-plus-claires-3534793

Là encore, galanterie oblige, il faudra accompagner nos chères « femmes libérées »pour agrandir leurs garde-robes, leur lingerie sexy devenue has been. Après l’inévitable duck sex-toy niché au fond de son sac à main ou de toilette – parfois délicatement offert à la Fête des Mères – il va falloir budgéter l’achat du trousseau de la domination : fouet, cravache, cordes, menottes, chaînes, combinaison et masque en cuir, et autres accessoires latex, etc.

Et sans oublier d’organiser la cachette pour les planquer, pour que ni les enfants ni la femme de ménage ne les trouvent. L’Ange du Bizarre va s’amuser à organiser les situations les plus surprenantes au sein des familles. »Cachez ce fouet que je ne saurais voir. »

Rien de bien grave, me direz-vous, tant la géométrie des moeurs est variable à travers l’histoire, même si on feint de croire l’inverse. Qu’en sera-t-il demain ?

Oui, les femmes sont bien les reines du Royaume, et continuent à faire ce qu’elles veulent, urbi et orbi. Libres à elles de faire croire l’inverse, ou jouer aux victimes permanentes. Qui parlera et dénoncera ces femmes qui manipulent et profitent des autres femmes ? Silence radio. Le coupable est toujours l’ordre machiste, jamais le « nouvel ordre femelle » tentaculaire. L’essentiel est d’avoir naturellement raison.

cinquante-nuances-plus-claires-3653682-250-400

Le retour d’Isis est annoncé, la Déesse-mère et sa Loi dominante, ayant éradiqué celle du Père, et on devine déjà ses futurs engendrements barbares issus de la dictature du sacro-saint Désir.

Dans la règle du toujours plus, on approche du pouvoir absolu, et là, patatrac, la roue tourne à la case départ, et sans (mauvais) jeu de mot, « le serpent se mord la queue. » La boucle est bouclée : c’est l’heure de la fessée…par contre, interdite aux enfants récalcitrants. Ne cherchez pas à comprendre. C’est comme çà.

Bien sûr, la grande majorité des femmes ne se retrouvera pas dans ce « nouveau » fantasme. Mais la minorité décide, comme d’habitude. De fait, jamais la distance n’a été aussi grande entre l’âme des femmes, la conscience de leur corps, et leurs représentations voulues par le Marché. Certes, les archétypes du Féminin sont multiples, mais là, l’équilibre n’est plus respecté. L’artificiel l’emporte en masse sur le réel.

A chaque fois, on en remet une couche, qui s’empile avec d’autres, mais ne donnant jamais lieu à une quelconque remise en cause. Là encore, à qui la faute, et la responsabilité ? Continuez les filles à faire le grand écart dans le consumérisme narcissique, vous êtes sur le bon chemin…Lol.

content-1

Quant aux Mecs, c’est l’heure de s’adapter et changer de cravate, ou se mettre à en porter une précise. Les fabricants se frottent déjà les mains. Et il n’est que temps de (re)devenir misogyne (sic).

« Il faut prendre les femmes pour ce qu’elles ne sont pas, et laisser pour ce qu’elles sont… » disait Gainsbarre.

L’heure est venue de faire l’inverse : prendre les femmes pour ce qu’elles sont devenues, et oublier la promesse de qui elles ne sont plus. Quant à vous les hommes, restez ou devenez machos : vous serez de corvée. Cravatez, et gare à celui qui ne fera pas son job !

La Comédie humaine est fascinante, en mouvement permanent, contradictoire et cyclique. L’heure est bien au « Lâcher-Prise » dans sa panoplie de gris, qu’elles disent ?! Les fantasmes coquins ont un avenir certain.

La douleur a-t-elle une couleur ?

371396

Saint Valentin, priez pour nous.

Read Full Post »